4ème – Le Mali, un PMA

wallpapers-black-metal-african-countries-type-map-the-metalbox-wallpaper-map-designs-metalboxwallpapers-black-blue-wallpapers-white-abstract-green-metal-african-countries-type-

Réalise le croquis sur l’organisation du territoire du Mali en t’aidant des informations suivantes:

 

 

Carte 1: Les villes et axes de transport au Mali

 

 

Carte 2: Le Mali: un territoire inégalement intégré dans la mondialisation

 

Cartemalilivre2

 

 

 

Carte 3: Densité de population au Mali

 

zy83ygpw

 

 

Carte 4: L’instabilité politique et militaire au Mali

 

Insécurité mali

 

 

 

Carte 5 (+ annexes): Le tourisme au Mali

 

mali

 

  • La mosquée de Djenné

mosquee-djenne-mali-3

Habité depuis 250 av. J.-C., le site de Djenné s’est développé pour devenir un marché et une ville importante pour le commerce transsaharien de l’or. Aux XVe et XVIe siècles, la ville a été un foyer de diffusion de l’islam. Ses maisons traditionnelles, dont près de 2 000 ont été préservées, sont bâties sur des petites collines toguere et adaptées aux inondations saisonnières.

Plus d’informations ici

 

  • La ville de Tombouctou

tombouctou

Dotée de la prestigieuse université coranique de Sankoré et d’autres medersa, Tombouctou était aux XVe et XVIesiècles une capitale intellectuelle et spirituelle et un centre de propagation de l’islam en Afrique. Ses trois grandes mosquées (Djingareyber, Sankoré et Sidi Yahia) témoignent de son âge d’or. Bien que restaurés au XVIe siècle, ces monuments sont aujourd’hui menacés par l’avancée du sable.

Plus d’informations ici

 

  • Les falaises de Bandiagara

Bandiagara-ville-falaise-550x361

Le site des falaises de Bandiagara du pays Dogon est un vaste paysage culturel qui couvre 400 000 hectares et comprend 289 villages répartis entre les trois régions naturelles : plateau gréseux, falaise, plaine (plus des deux tiers du périmètre classé sont occupés par le plateau et les falaises). Ce milieu hostile et difficile d’accès fut depuis le XVe siècle un refuge naturel qui répondait à une nécessité de défense des Dogon face à des envahisseurs très redoutables. Retranchés dès lors sur le plateau et accrochés au flanc des falaises, les Dogon ont du, grâce à cet abri défensif, préserver leur culture et leurs traditions des siècles durant.

 

Plus d’informations ici

 

Sources: Manuel scolaire – unesco.org